samedi 5 septembre 2015

Essai du Piaggio X10 350

Depuis sa sortie, ce nouveau fer de lance de la gamme Piaggio me questionne. C'est un engin au design loin d'être neutre, qui plait ou qui déplait, sans demi-mesure. Moi j'aime, comme tout ce qui ne fait pas consensus et sort de l'ordinaire. Ensuite, c'est un scoot réellement imposant, très long, qui semble lourd. En fait, si le gabarit est effectivement volumineux, le poids est très acceptable : 200 kg pour un 350 avec ABS, c'est carrément un vélo pour moi. Enfin, je connais le bloc 350 dans le Beverly, il me tardait de voir ce qu'il donnait dans cet engin plus massif.



Ce moteur 350, c'est le point le plus intéressant de cet engin: conso réduite, entretien tous les 10.000 km, 33 cv et surtout une réponse immédiate de la transmission. Sur le papier c'est alléchant, à l'usage cela se l'est révélé tout autant. Pour rouler en solo, il y largement de quoi faire. Certes, ça n'a pas la niaque ni l'allonge d'un bicylindre comme le Tmax ou un SW-T, mais ça marche très bien. Sans être fulgurantes, les relances ne sont pas molles. Autre point positif de la transmission, elle "décroche" très tard et le scoot bénéficie donc de frein moteur quasiment jusqu'à l'arrêt !




Le plus remarquable sur le X10, c'est son exceptionnel confort de roulage. Tout d'abord avec une énorme selle vraiment accueillante. Ensuite avec une protection totale du pilote grâce à un large tablier (pourvu en plus de déflecteurs additionnels au niveau des jambes), un bulle assez haute (dommage qu'elle ne soit pas réglable) et une place énorme pour les jambes et la possibilité de mettre ses pieds soit très en avant soit à l'équerre soit même vers l'arrière ! La position générale de conduite est parfaite, le guidon tombe naturellement sous les mains.
Le travail des suspensions est remarquable. En usage urbain, on est sur un vrai tapis volant, toutes les irrégularités de la route sont gommées comme si elles n'existaient pas ! Impressionnant... Sur mon parcours de test avec route défoncée, c'est la machine (toutes confondues) qui s'est révélée la plus confortable.




Autre bon point de cet engin, sa capacité d'emport. Sous la selle c'est une soute, avec en particulier une grande longueur utile (on doit pouvoir y mettre une raquette de tennis !). Dommage en revanche que ce coffre manque de profondeur, car cela ne permet pas de rentrer n'importe quel casque. Impossible d'y caser mon Scorpion Exo 1000 en L !
Mais équipé comme mon modèle d'essai du top case Piaggio, la solution est toute trouvée. Avec un volume de 50 litres, il avale sans aucun problème deux gros casques et quelques autres bricoles.




Le tableau de bord est à l'image des hauts de gamme Piaggio : hyper complet, esthétique et bien lisible. La finition générale de ce scoot est d'ailleurs de très bon niveau avec des plastiques plutôt qualitatifs et très bien ajustés. Un vide-poche se trouve dans le tablier (avec une prise USB à gauche et une 12 V à droite. Deux autres vide-poche sont placés sur le haut, mais sous le guidon donc assez peu accessibles.




Le freinage s'est avéré très efficace sur cette version sans ABS, mais avec couplage avant-arrière. Ca manque un peu de mordant à l'attaque du levier, mais dès qu'on tire un poil plus fort, le système n'a aucun mal à bien stopper les deux quintaux de la machine. Rassurant. Reste que l'ABS (couplé par Piaggio à un anti-patinage ASR) est à mon sens une option indispensable pour tous ceux qui utilisent leur scooter pour autre chose que des déplacements urbains.
Quant au comportement routier, c'est du tout bon. Pas de saucissonage à outrance et une conduite de virage saine. Nul doute que la roue avant de 15' (13' à l'arrière) n'y est pas étrangère.

Alors, que du bon ce X10 350 ? Globalement oui. C'est sans aucun doute un excellent utilitaire, avec tout ce qu'il faut pour satisfaire le commuter exigeant. Dommage quand même que le pot soit aussi inélégant. J'ai trouvé l'ensemble moteur transmission très réussi, mais il manquera quand même des watts pour les habitués aux bicylindres et autres visseurs de poignée... ou ceux roulant souvent en duo !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire