samedi 15 décembre 2018

Essai BMW R 1250 RT

Il y a environ deux ans et demi, j'avais fait un essai de la version 1200 de la BMW RT qui, sans être décevant, m'avait alors conduit à trouver sans appel que mon K 1600 GT de l'époque ne pouvait être détrôné par ce flat. Après avoir testé le nouveau bicylindre à plat 1250 cc sur la GS il y a peu de temps, je m'étais dit que son caractère vraiment changé siérait sans doute vraiment bien à la RT. Mon petit roulage et 1250 RT ce jour n'a fait que confirmer ce pressentiment !

Tout ce que j'ai pu écrire des qualités de la RT dans mon premier essai en 2016 est toujours vrai : la partie-cycle est rigoureusement irréprochable, assurant un comportement routier au top. La tenue de cap est imperturbable quelles que soient les circonstances et l'état de la chaussée, la moto se bascule d'un angle à l'autre avec une facilité incroyable eu égard à son gabarit, tout juste les suspensions sont-elles un poil trop souples à mon goût en mode Road. Mais il suffit de passer en mode Dynamic et alors là, on a affaire à quelque chose de parfait dès lors qu'on hausse le tempo. Et comme sur sa cousine GS, l'ESA Dynamic automatique fait merveille...
Idem pour ce qui concerne le confort, la protection et l'équipement de cette moto. Il faut dire que bien qu'elle soit nouvelle, la 1250 RT reprend en fait 90% de la version précédente ! Seuls moteur et freinage ont été mis à jour. Mais quelle mise à jour !





Quelques dizaines de centimètres-cubes en plus et ça change tout ? Hé bien oui ! Là où la version 1200 m'avait laissé sur ma faim (compte tenu de la vocation GT de cette machine, s'entend), le 1250 fait mieux, beaucoup mieux : plus puissant, plus coupleux, mais aussi plus souple et rond. On peut désormais enrouler à très bas régimes, descendre même jusqu'au ralenti, et repartir franchement juste en une rotation de poignet, là où le 1200 rechignait, grognait voire cognait pour montrer sa désapprobation face à un tel usage. Il n'y aura certes pas un gouffre en mesures de performances pures entre les deux, mais en termes d'agrément en toutes circonstances. Il est évident que l'on atteint quand même pas le plaisir que peut procurer le six cylindres d'un K 1600, mais on s'est considérablement éloigné de caractère rustique, pour ne pas dire agricole, de l'ex 1200. Bref, sur le plan motorisation, le 1250 fait carton plein.
L'autre progrès notable est, là encore comme découvert sur la GS, au niveau du freinage. En lâchant Brembo pour Hayes, la 1250 RT profite elle aussi d'un vrai bond en avant en matière de mordant à l'attaque de la course du levier, mais aussi en sensation... bref en efficacité !





La BMW R 1250 RT serait-elle alors devenue parfaite ? Mais non... rien n'est jamais parfait en ce bas monde ! Tout d'abord, on pourra regretter que le passage au 1250 ne se soit pas accompagné d'un vrai petit facelift pour marquer le coup du changement de génération. Les conservateurs rétorqueront que le look de la RT LC était impeccable dès le départ et ne nécessitait pas de retouche. Soit.
En revanche, un petit update technologique aurait vraiment été de bon aloi. Comment en effet justifier que le fer de lance de la gamme bavaroise (avec le K 1600, auquel on peut faire exactement le même reproche !) ne soit toujours pas équipé du superbe et très fonctionnel tableau de bord à écran TFT couleurs, alors qu'un "vulgaire" scooter 400 de la même marque en est doté ? Il y a un peu de flottement du côté marketing produit, chez BMW...
Au delà de cet aspect, quelques détails ne me conviennent pas sur cette RT, sans être rédhibitoires. D'abord l'encombrement des carénages noirs placés à l'arrière des cylindres qui ne laissent que peu de place entre eux et les repose-pied pilote, mais sont aussi un peu gênant à gauche pour "attraper" la béquille lorsqu'on veut la replier. Le confort de selle, ensuite, selon moi en léger retrait par rapport à un K 1600 par exemple. Le dernier est le faible choix de coloris disponibles (noir, blanc, bleu roi... et un rouge réservé à la version dite "Sport").



Au bilan, cette nouvelle R 1250 RT est de mon point de vue une excellente évolution d'un des modèles-phares de BMW. J'oserais même presque le terme de révolution plus que d'évolution car ce nouveau bloc moteur lui confère un comportement et un agrément d'usage jusque là jamais atteints. Autant la question du choix entre une 12 RT et une K 16 GT ne serait pas posée pour moi avant, autant cette 1250 pourrait désormais venir semer le doute. C'est dire ses qualités, tant je reste sur le fond un amoureux invétéré du K 16 et de son six en ligne...

Merci une fois de plus à la concession BMW Motorrad Moto Speeder de St Martin d'Hères pour le prêt de cette machine d'essai et bien sûr l'accueil toujours chaleureux de son personnel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire