dimanche 10 juin 2012

Essai d'une Yamaha FJR 1300

Ca faisait un petit moment que ça ma titillait... Du coup, je suis descendu de quatre étages voir mon pote Jérôme histoire de lui taxer son FJR ! La bestiole fête ses dix ans (elle est de 2002) et quasi 87.000 km, ne possède donc pas l'ABS mais pour le reste tout est là !




J'avais lu plein de choses sur cette moto, et les grosses GT de manière plus générale, en particulier l'attention à porter au poids de l'engin, surtout à basse vitesse et en manoeuvre. Autant vous dire tout de suite que, descendant de mon brélon de 350 kg, j'ai trouvé la FJR légère et facile, une vraie rigolade !

Moteur ! Le 1300 me rappelle le bruit de la XJ6 de moto-école (Yamaha oblige...), mais question souffle et puissance ça joue carrément dans une autre catégorie. Bouducon, elle pousse velu la mamie ! Quel que soit le rapport engagé, une rotation franche du poignet droit vous catapulte bien comme il faut. Il doit y avoir moyen de rouler fort en mode "tourisme pressé"... Puisqu'on parle rapport, venons en à la boîte : la première claque un peu, mais tous les autres rapports passent comme dans du beurre, rapidement et sans accroc.

La position de pilotage est très naturelle, je me suis senti immédiatement à mon aise. C'est d'autant plus vrai que cette moto est équipé d'une réhausse-recul de guidon qui vous met dans une position plus droite agréable. La selle est confortable, les jambes se placent naturellement avec les cuisses bien "dans" le réservoir, les genoux et les tibias à l'abri du carénage et les pieds pas trop haut mais un peu en arrière. Bref, au bout de 30 secondes j'avais l'impression d'avoir roulé toute ma vie avec cette moto... A noter également que l'implantation des rétroviseurs sur la tête de carénage permet à ces derniers d'offrir une efficacité exemplaire, un vrai plus en matière de sécurité sur un 2 RM !

Le confort, c'est aussi l'équipement : top case + valoches, putain ça me change du tracteur où je ne peux même pas glisser un cure-dent sous la selle ! Le tableau de bord est complet, mais il manque un indicateur de rapport engagé (qui est présent sur les versions récentes). Je joue un peu avec la bulle à réglage électrique (super pratique, ça !), histoire d'avoir un peu d'air à basse vitesse en ville et de la protection dès que ça roule.

Au roulage, le comportement est aussi facile que sain. En courbe c'est un rail, même si je me suis gardé de la pousser ! En ville, la moto reste agile et la grande souplesse du moteur qui reprend sans couiner à 1.500 tr/min, associée au gros couple, fait que l'on évolue facilement tout en douceur. La seule limite est celle de la largeur de la machine équipée de ses valises. Mieux vaut être prudent... Le freinage est très performant et se dose parfaitement bien. Avec l'ABS qui n'est pas superflu sur ce genre de grosse machine, ça doit être un régal. Quant à la suspension, c'est assez agréable aussi, avec une bonne filtration des irrégularités de la route (raccords de bitumes, bosses, trous...) : ça ne cogne pas ni ne secoue vraiment. Au long cours, on doit effectuer de beaux trajets sans avoir mal aux miches ni au dos.

Vous l'aurez compris, je me suis vraiment fait plaisir au guidon de cette moto. Je me dis qu'une version plus "moderne" (la FJR a quand même bien évolué en plus de 10 ans) doit être une merveille pour rouler au quotidien et pour tirer des bornes en voyage, seul ou en duo. Pour un peu, ça me donnerait envie... En tous cas, ça me confirme que si je roulais pas en gros cruiser, ce serait sans doute sur ce type de GT que je passerais.

Place à quelques photos...











Aucun commentaire:

Publier un commentaire