dimanche 1 mai 2022

Essai BMW CE 04

Les plus anciens visiteurs de ce blog savent que j'avais essayé le scooter BMW C Evolution un peu après sa sortie et que cet essai m'avais tellement convaincu que j'en avais acheté un ! Pour des raisons personnelles, j'ai dû abandonner cet engin avec regret après un peu plus d'une année d'utilisation et presque 20.000 km parcourus. Mais avec la sortie du nouveau CE 04, j'étais très curieux de voir si des progrès ont été encore effectués entre ces deux générations de scooter électrique (très !) haut de gamme...

Déjà le C Evolution avait fait le choix d'un look un peu particulier, en particulier avec des coloris flashy. Là, le CE 04 marque impose visuellement son unicité par un design complètement décalé qui va au delà de l'originalité ! Personnellement, je trouve cette audace stylistique géniale de la part du constructeur et bienvenue pour un engin si singulier. Et en plus, cela me plaît ! Je dois reconnaître néanmoins que cette esthétique va être probablement clivante. Une chose est sûre, c'est que le CE 04 ne laisse personne indifférent, il n'y a qu'à voir le regard des gens quand vous êtes dans la circulation ! 😁 

Avec sa roue arrière complètement dégagée comme sur un bobber et sa longue selle, on croirait que l'empattement est gigantesque et que la maniabilité va en prendre un coup. Que nenni, c'est juste un impression visuelle et, avec une trentaine de kilos gagnés sur le C Evolution, la maniabilité et la facilité de conduite de ce gros bébé est finalement totalement déconcertante. C'est d'autant plus important que le CE 04 existe dans deux versions de puissance dont une est accessible aux permis B/A1 dont les possesseurs n'ont généralement pas la même expérience/maitrise du maniement des deux roues que les titulaires du permis moto.




Outre ce design radicalement différent de son prédécesseur, la nouveauté est complète sur ce CE 04. Les batteries par exemple sont issus des modèles automobiles iX et les 50 modules sont tous individuellement remplaçables, ce qui sera une bonne nouvelles pour la longévité globale du scooter. On notera que l'autonomie du CE 04 est donc située à mi-chemin entre celle de feu le C Evolution SR et celle du Long Range, avec 130 km annoncés. Autre changement marquant, la transmission n'est plus confiée à un efficient mis coûteux train épicycloïdal, mais à une grosse courroie comme en trouve par exemple sur le Yamaha TMax. Simple, efficace et moins cher. Le logement sous la selle ne s'atteint pas en levant celle-ci comme sur tous les scooters classiques, mais par une originale trappe latérale. La place n'est pas énorme malheureusement, mais un gros casque jet y rentre aisément avec quelques bricoles en plus. La selle, puisqu'on en parle, est assez étraoite et son confort relativement spartiate mais largement suffisant pour le programme d'utilisation d'une telle machine. À noter d'ailleurs qu'il existe six modèles différents de selle pour le CE 04, celle de mon modèle d'essai disposant d'un mini-dosseret pour le pilote particulièrement bienvenu. Le tableau de bord, sous forme d'une grande dalle numérique, est hyper lisible et très complet. Une absence notable dans les modes de conduite, le mode Sail (roue libre en décélération) n'est plus disponible sur le CE 04. Moi ça ne me gêne pas, je ne roule quasiment qu'en Dynamic avec cet engin !

Au roulage, j'ai retrouvé immédiatement les sensations jouissives que procure ce type de deux roues : accélérations fulgurantes, partie-cycle rigide et rigoureuse, maniabilité étonnante eu égard au gabarit et au poids, frein moteur énorme permettant quasiment de se dispenser des vrais freins. Bref, malgré une vocation urbaine et péri-urbaine, on pourra s'amuser agréablement avec un CE 04 en l'emmenant dans des petites routes à virolos. Mais attention dès lors que le dénivelé est prononcé, l'autonomie fond alors à vue d'oeil ! Heureusement, la récupération d'énergie dans les décélérations/freinages fonctionne encore mieux que sur le C Evolution et permet de se "refaire la carotte" un minimum. On retiendra quand même un amortissement arrière un peu ferme qui aura tôt fait de vous secouer un peu les vertèbres sur chaussée vraiment dégradée.






En parvenant à proposer son CE 04 d'entrée de gamme autour des 12.000 €, BMW fait un mouvement vers son accessibilité par rapport au 15.000 du C Evolution. Malgré tout, pour disposer d'une belle version bien équipée avec Pack Pro (feux diurnes à leds, béquille centrale, poignées chauffantes, capteurs de pression des pneus, alarme...) et le Pack Quick charge (pour charger de 0 à 80% en une heure), on atteint les 14.500 €. C'est environ 2.000 de moins que l'ancien Long Range, mais toujours très onéreux pour le commun de commuter ! Mais BMW joue absolument seul sur ce créneau, aucun autre fabricant ne proposant actuellement un scooter équivalent en termes de performances, de prestations générales et de technologie. La concurrence se cantonne à des modèles exclusivement urbains et à l'autonomie encore bien plus basse, certes avec un prix de vente en perspective. Bref, pour la faire courte, si j'avais les moyens, il est évident que j'achèterais ce scooter pour mes déplacements quotidiens. Le C Evolution m'avait convaincu, le CE 04 m'a conquis de la même façon !


 

2 commentaires:

  1. Très bel essai bien narré ! Top.
    Merci M'sieur
    Pierre (Pierrot) :)

    RépondreSupprimer
  2. GARNIER Patrick1 mai 2022 à 18:33

    Content de lire ton rex mon Jean Marc, j’irai l’essayer également dès que je pourrai car sortant également d’un CEvo long range, je suis comme toi totalement conquis.

    RépondreSupprimer