samedi 26 novembre 2011

Harnais Black Diamond Ozone : test longue durée

Parmi les modèles de harnais typés pour la grimpe sportive, le Ozone de Black Diamond s'est installé dans le haut du panier depuis deux saisons. J'ai eu le loisir de le tester pendant plusieurs mois, voici mes impressions...

La gamme de harnais du fabricant américain Black Diamond est assez vaste et compte une majorité de modèles réglables et ajustables. Pour ma part, j'ai choisi de tester le modèle Ozone qui n'est pas inspiré, malgré son nouveau coloris vert bicolore plus flashy que le précédent orange, par un ex-boys band ! Non, à part ce coloris, c'est plutôt toute la rigueur de Black Diamond qui transparaît dans la conception et la réalisation de ce harnais résolument destiné aux purs falaisistes.

J'ai pu tester ce harnais pendant environ trois mois, largement de quoi en apprécier les qualités (nombreuses) et défauts (rares). Commençons donc par les points forts...
Tout d'abord, son look coloré ne nuit pas à une certaine allure et le Ozone est généralement apprécié des grimpeurs à qui je l'ai montré. Si le vert fluo n'est pas sans rappeler celui du Petzl Hirundos de la première génération, les parties en vert plus foncé apporte, par les empiècements un bel aspect d'ensemble.
Côté technique, ce Ozone fait partie de cette nouvelle génération de harnais dont l'épaisseur de ceinture et de cuisses est considérablement réduite. Certes, on atteint pas encore l'extrême finesse des modèles Arc'Teryx, mais on est déjà dans du très light. Cela se ressent en termes de poids puisque le Ozone ne fait que 320 grammes (en taille M).
Vraiment pas épaisse la ceinture... mais assez confortable quand même !
 Dixit la fiche produit "La ceinture ergonomique bullhorn intègre notre construction Kinetic CoreTM, qui utilise de fins brins de Vectran tout au long de la structure du harnais afin de répartir idéalement la charge et d'éviter l'utilisation d'un encombrant rembourrage en mousse". De fait,  le confort est bel et bien présent, même en suspension... du moins tant que cela ne dure pas des heures ! Mais là n'est de toutes manières pas le programme de ce modèle, conçu pour les grimpeurs de voies dures en falaise. Au pire, comme je l'ai fait en test, on saucissonne de point en point dans le projet que l'on travaille, mais sans rester pendu dans le harnais plus que par tranches de quelques minutes. dans cette configuration, tout va bien !
En mouvement, le Ozone se fait assez bien oublier et n'entrave en tous cas jamais les mouvements, même les montées de pied les plus acrobatiques. Grâce à l'élastique sur l'avant des tours de cuisse, ceux-ci suivent bien et ne créent pas de contrainte au niveau de l'aine en flexion complète par exemple (configuration d'un pied monté très haut dans l'axe). La ceinture, quant à elle, propose un dessin permettant un bon support lombaires mais avec une finesse sur les hanches ne gênant en rien là non plus.
La ceinture du Ozone, marge sur l'arrière pour un bon support lombaire
Côté accessoires, le Ozone est désormais encore mieux doté que sa première version. En effet, ce sont maintenant quatre porte-matériel qui sont présents. Quand on connait la propension des longueurs en falaise à s'allonger et donc au nombre de dégaines nécessaires à les parcourir à croître en proportion, avoir de la place pour emmener un gros set de paires est important. Par ailleurs, cela permet aussi de classer mieux son matos, avec par exemple un porte-matériel pour des dégaines courtes et un autre pour des longues ou alors un pour les dégaines et un autre pour des coinceurs, ce de chaque côté du harnais. Bien vu !
Les deux porte-matériel (de chaque côté) du Ozone : pratique
Bon point également au système de réglage des élastiques arrière qui s'avère rapide, efficace et esthétique car muni d'une boucle évitant que le rab de l'élastique ne "bade"... C'est fort bien réalisé et n'enlève en rien la possibilité de détacher lesdits élastiques qui sont montés sur un crochet. Un souci du détail qui est appréciable et démontre aussi la qualité globale du produit.
La boucle de l'élastique arrière, un détail de finition fort bien pensé
Quant à la fermeture du Ozone, elle est bien entendu confiée à une boucle automatique qui se manipule facilement au serrage mais un peu moins au desserrage. Dommage aussi que la longueur de la sangle m'a paru un peu juste, ce qui pourra contraindre les plus gros gabarits (dans chaque taille) à devoir sortir la sangle de la boucle automatique pour pouvoir passer la ceinture.
La boucle automatique du Ozone, belle finition...
En fait, le plus gros reproche que l'on puisse faire à ce Ozone se situe au niveau de sa respirabilité. Il faut dire qu'il a fort à faire face à des concurrent comme le Petzl Hirundos ou le Arc'Teryx S 220 LT qui sont des modèles en termes d'aération. Sur ce point, testé pendant des périodes chaudes, le Black Diamond s'est montré en retrait car ne prévenant pas aussi bien la transpiration sur les zones de contact que les deux modèles précités.

Bilan : positionné à un tarif médian dans sa gamme (69 €), le Black Diamond Ozone se présente comme un modèle réussi et à la belle finition. Son look soigné devrait autant séduire que de nombreux aspects pratiques. Après plus de trois mois d'usage intensif, il ne présentait pas la moindre trace d'usure même au niveau des points d'encordement, un signe plutôt encourageant pour la durabilité du produit.

Voir la fiche produit sur le site Black Diamond




Aucun commentaire:

Publier un commentaire