vendredi 29 mai 2015

Essai de la KTM Superduke 1290 R

Il y a des motos qui, sans explication rationnelle, vous donnent envie de les essayer. La Superduke en est une pour moi, alors j'ai cédé à la tentation !


Accueil très sympathique par la bande de jeunes de la concession KTM de Grenoble. Le temps que l'on me passe un coup de valise sur la moto d'essai pour la remettre en configuration "street legal" 106 cv au lieu des 180 du full, je signe la paperasse. Explication rapide des modes gérés par l'ordinateur de bord et zou... Ready to race comme ils disent chez Katoche !!!

La position sur la moto est parfaite pour mon gabarit : les repose-pieds sont haut placés mais point trop en arrière, je suis assis bien calé sur une selle même pas inconfortable, le guidon me tombe pile sous les mains. La bascule vers l'avant est limitée et l'appui sur les poignets largement supportable. Non, la vraie première surprise, c'est l'extrême compacité de la moto. Au delà du bloc compteur, on ne voit rien : pas de roue avant ! Derrière soi non plus, il n'y a pas grand chose... On sent bien que ce gabarit ramassé va favoriser la maniabilité et l'agilité dans les virolos. Par ailleurs, la moto ne semble vraiment pas lourde.


C'est pas tout ça, mais il faut rouler maintenant. L'embrayage ne demande guère de poigne, la boite très douce, pas du tout bruyante, mais précise avec des verrouillages francs. Le moteur et le pot laissent échapper une sonorité gutturale typique des gros bicylindres autrichiens, un joli raffut à peine moins présent que sur une Ducati 1200. La machine prend très vite des tours dans un son rageur carrément jouissif. Shiftlight rouge au tableau de bord à 10.000 tr/min, on rentre un rapport et ça tire toujours, toujours, toujours... Bon sang, même avec presque la moitié de sa puissance amputée, cette machine est un élastique géant !






Quel que soit le rapport engagé, une rotation de la poignée vous place en situation de prendre 10 cm d'allonge de bras. Les relances entre deux virages sont carrément énormes. Et dans les virages justement ? La Superduke se place très facilement, se basculant sur l'angle au doigt et à l'oeil puis ne bronchant pas de sa trajectoire Du grand art.
Alors bien sûr, cette moto n'aime guère descendre sous les 3.000 tr, régime en dessous du quel elle commence à protester en cognant un peu. Ceci, couplé à une transmission assez longue et malgré un couple de camion, fait que l'on roule beaucoup sur les rapports intermédiaires. Des vibrations, il y en a de toutes façons à tous les régimes : ce qui pourra être usant à la longue au niveau des repose-pieds procure en tous cas un réel plaisir de façon générale : oui, cette moto est sacrément vivante et avec un caractère bien trempé. Du KTM, quoi !




La partie cycle semble donc irréprochable. Tout juste ai-je noté une propension de la fourche à plonger un peu trop sur les freinages, du moins dans cette configuration stock. Un réglage un peu plus dur ne lui ferait sans doute pas de mal. L'amortissement est aussi efficace pour le pilotage que confortable eu égard au type de machine. On ne se fait vraiment pas secoué sur les irrégularités du bitume, ce qui est une belle surprise.
Et le freinage ? Aucune critique à porter sur son efficacité. Le matos Brembo fait merveille, même si, de mon point de vue, un peu plus de mordant à l'attaque du levier ne serait pas de trop sur ce genre de missile. Au moins, le dosage est-il plus aisé et parfait.




Cette machine a-t-elle alors des défauts ? Oui, on arrive toujours à en trouver, le diable se cachant dans les détails : la béquille latérale est particulièrement ardue à attraper, son ergot passant juste derrière la tige du sélecteur. Par ailleurs, la stabilité de ladite béquille semble quelque peu limite. Puisqu'on parle de sélecteur, son embout très court ne facilite pas le job du passage des rapports... Les rétroviseurs sont grands, mais un poil juste en écartements. Les coudes du pilote occupent donc toujours un bon quart du miroir...
Enfin, pour terminer, la douloureuse, le tarif de la bestiole : proposition faite d'une moto neuve clés en main pour 15.500 €. ouille, ça pique ! Mais quand même, quel engin...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire