samedi 5 octobre 2019

Essai BMW R NineT Pure

Au sein de la gamme Heritage de BMW, qui comprend la R NineT et toutes ses déclinaisons, il n'y avait plus que la version Pure que je n'avais pas essayée !  À l'occasion de la révision de mon GSA, j'ai eu finalement cette moto en prêt pour la journée et je n'ai donc pas manqué l'occasion d'aller tailler un bout de route avec pour voir si elle aussi possède tous les atouts et le charme des machines de cette gamme... 

La Pure  mérite bien son nom : elle ne garde à son compte que l'essentiel de ce qui fait une NineT : un flat 1200 air, une partie-cycle simple, éprouvée et efficace, un cardan. La fourche est de type classique (inversée sur NineT), les freins avant sont à fixation axiale (radiale sur NineT), le combiné d'instrumentation se limite à un compteur unique avec un petit OdB offrant quelques maigres informations basiques... bref, BMW a bien éPURé ! Mais l'essentiel est là ! Et l'essentiel, c'est une moto avec un moteur de caractère, très largement assez puissant et surtout coupleux en diable. C'est aussi une partie-cycle permettant d'envoyer du gaz de façon très sûre ou de cruiser tranquillement. 





Comme sur la Racer et la Urban G/S, le silencieux d'échappement est aussi vilain qu'il distille une sonorité flatteuse, pour ne pas dire jouissive. L'amortissement est typé plutôt ferme et comme la selle est plutôt du genre "planchesque", ne vous attendez pas à un confort de roulage permettant d'arriver frais à destination après un roulage de 500 bornes. La position de conduite est typique de celle d'un roadster, avec les jambes repliées sans excès et une très légère bascule sur les poignets. La protection est bien sûre proche du niveau zéro, mais c'est aussi ce que l'on recherche en roulant sur ce genre de moto. Du coup, les sensations sont bien là dès avant avoir atteint des vitesses trop éloignées des standards Perrichon compatibles !






De mon point de vue, la Pure peut présenter deux intérêts face à sa grande soeur NineT :
- avoir un prix de base plus de 3000 € inférieur (ce qui laisse du budget pour le point suivant) !
- être une base parfaite pour une personnalisation plus ou moins poussée...

Pour résumer, ayant maintenant fait le tour de la gamme complète, je peux affirmer que ma préférence va à :
- la NineT pour son style et son équipement haut de gamme
- la Scrambler pour son look - l'Urban G/S pour son son confort de pilotage
- la Racer pour son style et sa radicalité
- la Pure pour sa simplicité efficace

Si je devais en choisir une seule, je pense que ce serait l'Urban G/S (en y montant la ligne d'échappement du Scrambler).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire